mardi 3 juin 2014

*Saute mouflon 2014.

Après 2 trails longs (Quillan et l'Albèratrail) et et 2 courses rapides (éoliennes et Moussan) je me présente sur la saute mouflon assez confiant.
J'ai réalisé mes courses précédentes sans problèmes et toujours atteints mes objectifs. Là je prévois de gérer mon allure dès le départ en restant sur la réserve, et prendre du plaisir. C'est avec Romain
que nous assistons à Lamalou aux consignes d'avant course énoncées par Antoine Guillon
10h, il fait déjà chaud et le départ est proche
Yvan nous a rejoint et le trio est prêt pour l'aventure
Après un tour de ville en guise d'échauffement, les premières pentes commencent. Je passe en mode marche
La troupe s'étire et on se retrouve vite en fille indienne dans la forêt
A Combes je rejoins Yvan tout sourire
Je veux rester sur mon allure cible et le laisse s'échapper
je continu mon ascension sur un bon rythme de marche
vers le sommet on retrouve de larges pistes sur les quelles on peut trottiner
Quelques obstacles nous obligent à faire quelques grandes enjambées !
on retrouve un joli sentier avec le hameau de Madale en bas
c'est ici que je retrouve Yvan
on discute un peu et on continu d'avancer ensemble en mangeant un morceau
.
Arrivés sur le plateau, une partie roulante nous permet de courir. On en profite aussi pour se régaler du paysage et pour faire des photos
.
.
ensuite il faut redescendre jusqu'à Lafage où se tient le premier ravito
on se présente ensemble en bas au niveau du ruisseau. Estelle à l'affût nous guette !
la traversée est périlleuse mais pas dangereuse
ça passe bien !
il est midi, il fait chaud, j'ai faim et soif. Au ravito je refais le plein en eau, bois un coca mais zut il n'y a pas de salé sur la table. Je dois me contenter de sucré (ce que je n'apprécie pas trop surtout avec la chaleur)
on repars ensemble pour remonter sur le plateau avec 300m d+ en plein soleil
on monte bien sans trop forcer et sur le plateau on trottine un peu tout en discutant. Tout va bien.
On arrive alors au début de la grosse descente du jour : l'esquino d'aze !
c'est 700m d- très technique et assez dangereux par endroits
en plus le balisage jaune est lâche et peu visible
il est pratiquement impossible de courir
heureusement je n'hésite pas trop pour trouver mon chemin car je connais bien ce secteur. J'aiguillerai même quelquefois des traileurs dans le doute....
la fin de la descente est là, un virage à droite et c'est le très raide sentier du Garel qu'il faut remonter en plein soleil
je suis toujours avec Yvan, mais à mi pente il éprouve le besoin de souffler un peu. De mon coté je continu tranquille à monter les 300m d+
une petite descente nous mène jusqu'à la superbe cascade de l'Albine. Une corde est installée pour sécuriser le passage. J'en profite pour me rafraîchir et mouiller la casquette car ça tape sévère maintenant
Arrivé au ravito de St'martin, on a parcouru 20km et il est 14h. J'ai très soif et il n'y a toujours pas de salé à disposition. Je prends une bouteille d'eau et en bois la moitié, je m'asperge la tête avec le reste et je repars pour la suite. Le programme est simple 6km jusqu'à Mons avec 350m d+ et 400m d- par le sentier des Gardes. J'entame la montée doucement mais au bout de 20 minutes je sens mon estomac qui commence à râler. Plus je monte et plus il râle jusqu'au moment où il se met en colère et m'oblige à vomir copieusement. je m'assieds un moment pour récupérer et je vois Yvan me rejoindre. Il prend de mes nouvelles et on se dit à plus tard j'espère. Je reprends mon ascension péniblement. j'enchaîne avec la longue descente du sentier des Gardes en marchant mais les nausées sont toujours là. Je vomirai encore 4 fois jusqu'à Mons
Au ravito, il y a enfin du salé. Je mange un peu mais je vomi presque aussitôt. Il est 15h30, il fait chaud, je suis malade depuis 1h, j'ai le ventre vide, où est le plaisir ? Un jour d'ultra j'aurai dormi un moment pour me refaire mais cette course n'est pas mon objectif majeur alors pourquoi me faire mal pour rien. Je préfère privilégier la suite de ma préparation et reprendre rapidement l'entraînement et je décide d'abandonner ici sans regrets. J'aurai fait une bonne sortie de près de 6 heures avec 26km / 1900m D+.
A froid je pense avoir bu trop d'eau d'un coup, j'ai du noyer mon estomac et avec la chaleur et l'effort la digestion du sucré a été difficile. ça me servira de leçon pour la suite. Coté positif le lendemain pas une courbature et pas de fatigue, l'entraînement peut reprendre.... .

A venir: le tour des cirques