lundi 29 août 2016

*GRP 2016.

Super expérience que ce week-end montagnard avec Romain en tant que bénévole sur le Grand Raid des Pyrénées. Disponible je me suis proposé pour donner un coup de main et tenir un poste de pointage sur le parcours du 85km. 
Arrivé vendredi dans l'après midi à "Vielle Aure" je retrouve Romain avant d'aller prendre contact avec l'orga pour la mission. Les consignes sont claires : rejoindre le refuge de CAMPANA (2225m d'altitude) situé à 2 heures de marche depuis le col de Portet avec le matériel informatique de pointage pour le suivi en live des coureurs. 
Sur place on doit tenir le pointage et un ravito frugal en eau, quelques TUCS et fruits sec. Et surtout aider, réconforter, renseigner les coureurs. Après un passage par la pasta-party et une bonne nuit offerte dans un appart, c'est à 10h que nous démarrons du col de Portet
.
la météo est superbe et chaude. Un passage au dessus du lac de l'Oule
et on croise des coureurs du 160km et du 120km sur leur fin de parcours
.
Joli passage près du refuge de Bastan
.

.
puis on croise la première féminine
On continu à grimper avec de superbes paysages
et le col du Bastanet (2507m) à passer
.
.
.
le col passé il faut descendre vers la vallée de Campan
Avec vue sur la pic du midi
.
jusqu'au refuge de Campana
.
Sur place on retrouve 4 autres bénévoles montés par l'autre vallée. Nous partagerons ces 2 jours ensemble
.
le matos installé et un repas avalé nous sommes en attente des premiers coureurs
Nous passerons la nuit dans la tente installée devant le refuge
.
.
Notre point de contrôle est situé au 65km et c'est avec 1 heure de retard que les premiers coureurs arrivent ralentis surement par la forte chaleurs du jour !
.
.
A chaque arrivée les coureurs sont pointés avant d'aller se ravitailler
.
.
.
les coureurs arrivent de plus en plus groupés. On essaye des les chouchouter, de les soigner, de les aider à refaire le plein, de les renseigner sur la suite, de les encourager etc... Certains sont assez fatigués, épuisés ou blessés. Les pelouses autour de nous ressemblent par moment à un hôpital de campagne
.
. .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Certains ont un équipement hors du commun
.
la nuit tombe peu à peu et les arrivées se succèdent toujours avec des moments de détresses ou de fatigue à gérer. Trouver les mots qui font du bien, motiver à continuer.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Je me surprendrai d'avoir la gorge nouée et même d'avoir quelques larmes en partageant certains moments avec des coureurs. Grandes et belles émotions sur ce GRP en tant que coureur ou bénévole pour moi, une course à part... 
Vers 2 heures du matin les serres files arrivent enfin avec le dernier concurrent à bout de force. Il rejoindra les 2 autres abandons dans le refuge pour récupérer et patienter jusqu'à 6 heures quand il fera jour pour rejoindre le col de Portet avec nous lors de notre retour. La nuit sera courte pour nous. 
Debout à 6h, rangement, petit déjeuner et retour en assurant la sécurité des 3 abandons de la nuit jusqu'à la voiture. On fera chemin inverse de la veille avec de superbes couleurs matinales
.
.
Nous avons ramené sains et sauf nos 3 traileurs jusqu'aux secours. Retour à Vielle Aure pour retrouver la vallée et les finishers. Place au repas d'après course et retour à la mer en fin de journée. 
Le GRP restera toujours pour moi une course à part. J'y ai toujours vécu des moments forts de partage et d'émotions, des rires et des larmes...

A venir: le tour des cirques