mardi 27 juin 2017

*Ronda de la CARANCA.

La saison des sorties en montagne est lancée en vue du GRP fin août. Les sorties longues seront au programme cet été. 
Pour commencer c'est sur la "Ronda de la Carança" que je me suis inscrit. Arrivé la veille au soir pour profiter de la montagne, je vais retirer mon dossard accompagné de ses lots de bienvenue.

La soirée est fraîche après l'orage de fin d'après midi
un repas "auberge espagnole" est proposé sur la petite place de PRATS BALAGUER. C'est l'occasion d'échanger avec des connaissances du trail dans la bonne humeur
autour d'une paella mitonnée par JOA !
Je pars me coucher dans la voiture pas trop tard car demain ce ne sera pas de tout repos.
La nuit sera bonne et fraîche. 
Le matin petit à petit le champ qui sert de parking se rempli vite.
La course affiche complet !
Je salut du monde, des amis venus d'un peu partout, la journée s'annonce belle.

Tiens une petite délégation du Narbonnais avec le GXT.
Après un beau en très émouvant hommage rendu à Vincent G par Michel RABAT, il est temps de démarrer. 

8h c'est partit pour 31km / 2100m d+. Mon objectif n'est pas la performance aujourd'hui, mais plutôt de faire une sortie longue avec du dénivelé en altitude. En plus la canicule du moment ne me convient pas du tout.
Je décide de faire la sortie en mode rando rapide sans courir, ce qui je l'espère me permettra de résister à la chaleur...
Premier tronçon : Départ à 1300m jusqu'au col de "Mitja" à 2367m d'altitude avec 8km et 1000m d+ à faire.
Les 2 premiers km sont assez faciles et encore à l'ombre. La vue est superbe avec au fond de la vallée la frontière Espagnole.
Mais on arrive vite dans le vif du sujet avec au niveau de la "cabane d'Aixèques" (1700m) la pente qui se durcie franchement.
la file des coureurs serpente dans les lacets.
Au "collet d'Avall" (1700m) on aperçoit au loin le superbe col de "Mitja".

Le soleil est bien présent maintenant, tous les points d'eau sont pris d'assaut pour se rafraîchir !
je continu l’ascension tranquille 
sur un rythme cool
ça y est on est au col de "Mitja" (2367m) et son petit point d'eau.

Place à la descente technique et raide vers le ravito en bas dans la vallée. 500m d- en 2km, c'est raide !
Le refuge du "ras de la Carança" (1830m) est en vue.
Premier bilan : tout va bien, la chaleur augmente mais pour le moment je la supporte bien. Je me ravitaille en eau et mange 2 tucs + un bout de fromage.

C'est repartit pour la suite : 1000m d+ jusqu'au "col de Nou Creus" à 2796m d'altitude.
On longe un ruisseau qui permet de se rafraîchir un peu.
Le paysage est de tout beauté. Je mouille ma casquette assez souvent pour garder la tête froide.
l'ombre se fait rare et le soleil tape fort maintenant. 
Les sommets en face marquent la frontière avec l'Espagne, et c'est là haut qu'il faut aller...
"l'Estany de Carança" (2264m) offre un superbe panorama et un  rafraîchissement agréable !
Je continu la montée toujours en mode rando à travers les rares névés encore présents. 
Un dernier gros pierrier bien pentu sur 200m d+ pour terminer l'ascension
au dessus de "l'étang bleu".
Me voici sur les crêtes frontalières à plus de 2700m.

Ici il fait plus frais avec un peu de vent. Je marque une petite pause avant d'attaquer la descente.
Un dernier petit "coup de cul" sur 100m d+ jusqu'au "col d'en Bernat" (2616m) et c'est la descente finale sur 10km avec 1000m d- en plein soleil au menu.
Je sens de suite un coup de mou. Mais je n'ai pas faim, rien ne me fait envie. J'arrive quand même à boire un peu mais c'est tout.
Dans la vallée de "l'Orri" il fait très chaud et il n'y à pas d'air, un vrai four en plein après midi !
Je profite de tous les instants pour bien me mouiller les jambes, la tête et le coup dès que le ruisseau est accessible. Je n'arrive toujours pas à manger, la chaleur à fait son travail sur moi qui ne la supporte pas. Sans m'alimenter je n'ai plus "d'essence" pour avancer même en descente. Je me dit qu'au dernier ravito de "l'Orri" au km 26 je vais jeter l'éponge.
Sur place j'arrive à avaler difficilement un morceau de sucre. Je me dis : "allez Steve, plus que 4km en descente, au mental tu peux le faire". 
Je décide de continuer en serrant les dents. Sans énergie je me traîne lamentablement sur le sentier. J'essaye de penser à autre chose que la fatigue. Et enfin j'arrive sur le village de "Prats Balaguer".
L'arrivée est là !! 
Je termine complètement à la rue en 7h30 ces 31km / 2100m d+ sous la canicule.
Bilan : la chaleur n'est vraiment pas mon alliée mais plutôt mon plus féroce ennemi ! Cette fois c'est moi qui ai eu le dernier mot...
Je m'allonge vite à l'ombre pendant environ 2h en somnolant avant de prendre une bonne douche et essayer de boire à nouveau.
En fin d'après midi j'ai repris un peu de force ce qui me permet de regagner l'écurie pour un petit repas léger et une bonne nuit de repos.
J'espère que sur mon objectif du GRP fin août il fera plus frais sinon...
.

dimanche 4 juin 2017

*Trail de la FACTRICE.

Retour sur du long après un dossard sur un 11km dimanche dernier au trail de "Terra Vinéa" ou j'ai travaillé la vitesse. 
Aujourd'hui c'est une autre histoire. L'objectif est de faire une bonne sortie longue et de gérer au mieux la chaleur !
Je me connais très fragile digestivement dès qu'il fait chaud. Je vais tester une stratégie : rester environ 25 pulls en dessous de mon maxi tout le long. 
Il fait chaud et lourd malgré le ciel gris. Le départ est donné à 9h30, un peu tard pour la saison...
ça part vite ! J'essaye de rester calé au cardio mais dur dur dans l'emballage du départ. La première cote au bout de 2km permet de calmer le jeu. La route permet de na pas occasionner de bouchons.
Mais ça dure un peu trop à mon gout...
Ah enfin du sentier ! Pentu et technique !
Je gère bien mon allure, et ralenti au besoin.
retour des pistes ou il faut courir sans se laisser emporter.
Une belle descente nous mène au village de St Nazaire de Ladarez.
Une belle montée en sentier ombragée permet de ne pas trop faire chauffer la machine. Je profite d'un rare ruisseau pour mouiller ma casquette.
Puis c'est le retour du goudron ! Grrrrrrrrr. Pas terrible cette partie en faux plat montant, et bien trop longue. Un œil sur le cardio pour ne pas dépasser la limite prévue et j'avance doucement.
allez un peu de sentier
avant le ravito au 12.5km. 
Il nous faut poster une lettre remise au départ qui servira à un tirage au sort plus tard. Un petit clin d’œil à la factrice... Je me ravitaille bien avec bananes et coca.
C'est repartit avec toujours de la piste large sur le plateau...
Avec quelques bouts de sentiers bienvenus.
Le Caroux au loin dans la brume.
Cette partie de plateau va bien m'user avec cette chaleur lourde. Je zappe le dernier ravito au 20km, j'ai encore une bonne réserve d'eau sur moi.
Le parcours s’améliore avec de beaux sentiers. 
Et de jolis vues.
On attaque la dernière descente vers Roquebrun. Il fait toujours chaud, je me mouille bien la nuque et la tête pour ne pas rentrer en surchauffe...
L'arrivée en en vue, je fini en roue libre pour éviter une blessure et ne pas me cramer inutilement.

Dernier coup de cul
Et c'est l'arrivée !
Je termine en 3h-40' ces 26.5km et 1100m d+ au GPS.
Je file direct m’asseoir à l'ombre pour faire baisser la température. 45 minutes plus tard je me lève et sens que mon ventre me demande de le soulager. Un bon vomito et ça va mieux. 
Place à la bière au bistrot avec des amis maintenant. Après s'être rafraîchis à la rivière c'est le retour au bercail. Une seconde halte vomito sera nécessaire en route... Une bonne grosse sieste à la maison s'imposera pour récupérer.
Bilan : j'ai pas mal géré mon allure et mon hydratation pendant la course. Malgré ça j'ai encore eu un soucis gastrique. Mais cette fois après et non pendant la course. 
Peut être dois je encore ralentir pendant l'épreuve et passer à rester 30 ou 35 pulls en dessous du maxi ?...
Test sur la CARANCA à la fin juin...

A venir: le tour des cirques